En cas de sinistre : 1 866 662-0661

Est-ce que le Québec est à l’abri des tremblements de terre?

Contrairement à la croyance populaire, le Québec est loin d’être à l’abri des risques de tremblements de terre.

Un tremblement de terre est un phénomène géologique imprévisible qui provoque en surface des vibrations au sol. Les vibrations surviennent lorsque deux blocs de roc glissent brusquement le long d’une faille géologique. Elles se propagent à des vitesses atteignant plusieurs kilomètres par seconde dans la croûte terrestre et créent des mouvements de sol plus ou moins importants selon la puissance du choc[1].

Les risques au Québec

Environ 400 séismes secouent l’est du Canada chaque année, et bon nombre d’entre eux sont ressentis au Québec, en particulier dans les trois principales zones sismiques suivantes  : Charlevoix-Kamouraska, ouest du Québec et Bas-Saint-Laurent-Côte-Nord[2].

Des séismes d’importance sont régulièrement ressentis dans ces régions, et cinq ont atteint une magnitude supérieure à 6 sur l’échelle de Richter dans l’histoire[3] :

  • 2013 : Shawville, séisme de magnitude 5,2
  • 2010 : Val-des-Bois, séisme de magnitude 5,0
  • 2005 : Charlevoix, séisme de magnitude 5,4
  • 1989 : Ungava, séisme de magnitude 6,3
  • 1988 : Saguenay, séisme de magnitude 5,9

La probabilité qu’un tel séisme se répète dans les 50 prochaines années s’élève de 5 à 20 % selon la région.

L’impact possible d’un séisme sur l’économie québécoise

Plusieurs études démontrent qu’un tremblement de terre d’intensité élevée aurait des effets ravageurs pour l’économie du Québec, en particulier s’il survient à proximité d’un centre urbain. En effet, le Québec ne serait actuellement pas prêt à faire face à un tremblement de terre s’il survenait. En plus des pertes humaines, les pertes économiques seraient énormes.

Ceci s’explique en partie par le fait que le risque n’est pas pris assez au sérieux et donc que les mesures de gestion du risque ne sont pas adéquates[4].

Pourtant, une étude,​ réalisée par AIR Worldwide en 2013 pour le Bureau d’assurance du Canada, évalue les conséquences directes et indirectes d’un séisme dans la région de Québec-Charlevoix à près de 61 milliards de dollars[5]. Il s’agit d’une des catastrophes naturelles les plus destructrices que pourrait subir le Canada.

Les effets d’un séisme selon sa magnitude

Seriez-vous prêts si un séisme frappait votre région?

Comment se préparer à un tremblement de terre

  • Assurez-vous d’avoir une couverture d’assurance qui couvre les dommages liés aux séismes
  • Ayez une procédure en cas de séisme claire et assurez-vous que votre personnel la maîtrise
  • Convenez d’un lieu de rassemblement à l’extérieur de chaque bâtiment municipal
  • Déplacez les objets lourds au bas des étagères pour éviter qu’ils tombent sur quelqu’un
  • Si un bâtiment municipal est équipé d’appareils au gaz naturel ou reliés à un réservoir de propane extérieur, assurez-vous que tout est solidement arrimé et que les conduites ne peuvent se briser

Comment réagir à un tremblement de terre

Selon les experts, le meilleur moyen de se protéger lors d’un tremblement de terre est simple :

  • Se baisser
  • S’abriter sous une table ou un meuble résistant
  • S’y agripper jusqu’à la fin des secousses

Il est également important de rester calme, d’écouter les consignes de sécurité, le cas échéant, et de n’utiliser son téléphone qu’en cas d’urgence.

La Grande Secousse est un exercice citoyen qui a pour but de sensibiliser la population aux risques de tremblements de terre et aux actions à prendre si un tel événement devait arriver. L’exercice a été conçu pour encourager les organisations et les particuliers à passer en revue et à mettre à jour leur plan de mesures d’urgence et leur équipement de survie afin de limiter les risques de blessures, les pertes en vies humaines et les dégâts matériels. Elle se déroule au mois d’octobre chaque année et il s’agit d’une bonne occasion de sensibiliser vos employés et citoyens à ce risque.

L’assurance Tremblement de terre de la MMQ

Les dommages résultant d’un tremblement de terre peuvent être importants, car ils affectent souvent la fondation et la structure même d’une habitation. Il existe deux types de dommages assurables associés aux tremblements de terre : les dommages résultant d’un incendie et les dommages résultant de la secousse.

Bien que votre police d’assurance standard vous offre une protection en cas d’incendie, elle ne couvre pas nécessairement tous les dommages que peuvent causer les tremblements de terre de forte intensité.

La garantie offerte par la MMQ comprend* :

  • Tous les biens (les bâtiments et leur contenu) se trouvant aux emplacements pour lesquels la garantie a été sélectionnée.
  • Les mouvements du sol, les éboulements et les glissements de terrain suite à un tremblement de terre.
  • L’effondrement qui résulte d’un tremblement de terre.
  • Les dommages par le vent, la grêle, la pluie ou la neige ayant pénétré dans les bâtiments suite à un tremblement de terre.

Notre assurance Tremblements de terre est étendue pour couvrir non seulement les dommages directement occasionnés par les tremblements de terre, mais également les dommages occasionnés par les mouvements de sol, y compris les avalanches, les éboulements et les glissements de terrain qui sont tous des risques accrus dans un contexte de changements climatiques.

Prenez le temps de vous renseigner afin de mieux comprendre le risque pour votre municipalité et votre région et, ainsi, pouvoir prendre une décision éclairée. Pour en savoir plus sur l’assurance Tremblement de terre, parlez-en à votre courtier.

*Sujet aux termes et conditions du libellé. Référez-vous à votre courtier pour toute précision sur la couverture.

Références:
[1] Bureau d’assurance du Canada
[2] Baromètre Cirano 2018, La perception des risques au Québec
[3] Ministère de la Sécurité publique
[4] Séismes Canada – Ressources naturelles Canada
[5] Air Worldwide
Partagez :

Écrit par

Hélène Touly

Superviseure, Service de la souscription

< Retour au blogue
D’autres articles qui pourraient vous intéresser :
Couvert ou non le pouvoir discrétionnaire du conseil municipal?
L'actualité du monde municipal regorge d'exemples où des municipalités ont fait l'objet de poursuites en dommages à la suite de l'exercice d'un pouvoir discrétionnaire. À cet effet, existe-t-il un moyen de se protéger contre un tel risque encouru par le conseil municipal?
Vos chantiers municipaux sont-ils bien protégés?
Les municipalités sont au cœur du développement de leur territoire. Ainsi, elles peuvent entreprendre des chantiers de divers types et de diverses envergures au cours d’une même année.
L’amélioration du risque municipal
L’accès à de l’assurance générale complète et adaptée aux activités municipales n’a pas toujours été aisé pour les municipalités québécoises.