En cas de sinistre : 1 866 662-0661

Les mythes sur l’assurance démystifiés

Le monde de l’assurance est pour beaucoup d’entre nous un univers complexe et parfois même impénétrable. Les contrats d’assurance sont longs et les termes souvent compliqués, ce qui favorise les idées préconçues concernant les intentions de l’assureur et les garanties offertes. C’est pourquoi il est important de démystifier certains éléments qui peuvent porter à confusion et mener à des couvertures incomplètes, ce qui peut avoir des conséquences importantes tant pour l’assuré que pour l’assureur.

Selon une enquête de YouGov, les consommateurs considèrent que la terminologie et les informations liées à l’assurance sont les plus difficiles à comprendre par rapport à d’autres secteurs, y compris le secteur bancaire[1]. Or, en matière d’assurance, il est essentiel de pouvoir se fier à des faits clairs et prouvés pour ne pas se laisser influencer par des croyances populaires, aussi répandues soient-elles.

La Mutuelle des municipalités du Québec (MMQ) souhaite favoriser une meilleure compréhension du domaine de l’assurance de dommages pour ses membres, c’est d’ailleurs pourquoi le libellé de son contrat La MunicipaleMD est rédigé en langage simple et accessible. Dans cette optique, voici quelques idées préconçues persistantes sur l’assurance qui ont avantage à être démystifiées.

Les catastrophes naturelles, comme les feux de forêt en Australie et les inondations en Alberta, n’ont un impact que sur les régions directement touchées

FAITS : Les catastrophes naturelles ont un impact direct dans les zones où elles se produisent, mais ont également un effet indirect indéniable ailleurs dans le monde en raison du marché de la réassurance. En effet, les compagnies d’assurance, comme la MMQ, transfèrent une partie de leurs risques à des réassureurs pour leur permettre de couvrir les pertes inhabituellement importantes.

Or, les sociétés de réassurance opèrent dans le monde entier et sont généralement ceux qui indemnisent les assurés en cas de catastrophe majeure. On observe depuis plusieurs années une forte hausse des coûts de réassurance à l’échelle mondiale, et en retour, une augmentation des frais pour les assureurs locaux[2].

Donc, bien que les facteurs les plus importants affectant les primes d’assurance soient des facteurs de risque locaux, tels que les risques liés à la géographie, le coût de reconstruction et l’historique de réclamations, les événements météorologiques extrêmes qui affectent la planète ont également une grande influence sur ces primes.

Les compagnies d’assurance font fortune grâce aux primes

FAITS : Selon le Bureau d’assurance du Canada, pour chaque dollar perçu par les compagnies d’assurance, 55 ¢ reviennent aux assurés pour payer les sinistres, 21 ¢ sont utilisés pour payer les dépenses d’exploitation et 16 ¢ profitent aux collectivités sous forme d’impôts. Les assureurs gardent 8 ¢ à titre de profit[3].

La rentabilité technique des assureurs est souvent difficile à atteindre et est fragilisée par les hausses significatives du nombre de réclamations et par les coûts de réassurance. Le marché d’assurance peut donc être soumis à de fortes variations de taux.

La MMQ, grâce à sa structure mutualiste, ses programmes de prévention et ses saines pratiques de gestion, parvient à protéger ses membres contre ces chocs tarifaires.

Il n’est pas nécessaire de déclarer les plus petits dommages

FAITS : Un sinistre qui semble minime au départ peut s’aggraver avec le temps, d’où l’importance de signifier celui-ci à votre assureur immédiatement pour une prise en charge efficace. La déclaration et la minimisation des sinistres font partie des obligations légales d’un assuré.

De plus, aviser votre assureur de tous vos sinistres lui permettra de mieux comprendre vos risques municipaux potentiels. Il pourra ainsi vous conseiller adéquatement dans la prévention de ceux-ci, faire évoluer votre couverture selon vos besoins réels et vous fournir un meilleur accompagnement dans la gestion de vos risques. En cas de poursuite, vous aurez aussi un dossier de défense complet qui vous permettra d’obtenir une conclusion satisfaisante.

Mieux vaut choisir une petite franchise pour réduire les coûts en cas de sinistre

FAITS : Déterminer la franchise adaptée à ses besoins peut non seulement éviter des maux de tête au moment du règlement d’un sinistre, mais peut aussi s’avérer moins coûteux. Comme la franchise influence le prix de l’assurance et la couverture en cas de sinistre, il est important d’évaluer ses besoins avec attention.

Une franchise plus élevée signifie une prime plus basse puisque l’assureur sera moins sollicité pour le règlement de petites réclamations plus fréquentes. Ainsi, un bon exercice est de comparer, pour une même garantie, les primes en fonction des différentes franchises disponibles.

De plus, certains assureurs, comme la MMQ, offrent des ristournes basées notamment sur la sinistralité. Ainsi, une organisation qui a une bonne expérience de pertes pourrait tirer profit d’une plus grande ristourne. D’où l’intérêt de protéger son expérience de pertes par l’application de franchises plus élevées.

Il s’agit donc de trouver un juste équilibre entre les sinistres pouvant être assumés par votre organisation, et les sinistres devant être transférés à votre assureur.

Il est préférable de gonfler la réclamation puisque les compagnies d’assurance offrent toujours des indemnisations moindres que ce qui est nécessaire

FAITS : Gonfler une réclamation d’assurance est un crime. Les assureurs paient les indemnités en fonction de la valeur des pertes et des conditions de la police, des niveaux de couverture, des franchises et d’autres facteurs. Votre expert peut examiner vos reçus et autres détails pour vous assurer de recevoir une valeur et un service appropriés. Le crime d’assurance augmente les coûts des réclamations des assureurs et, en fin de compte, coûte à tout le monde sous la forme d’une augmentation des primes.

Les experts en sinistre de la MMQ ont le mandat d’interpréter le contrat d’assurance avec l’objectif d’offrir le règlement le plus avantageux possible pour ses membres. Il s’agit d’une philosophie de règlement des sinistres unique dans le monde de l’assurance québécois, permettant aux membres de bénéficier de la meilleure couverture possible aux meilleurs coûts. Il n’y a donc aucune raison valable de gonfler le montant d’une réclamation.

Les compagnies d’assurance doivent mettre en place des mesures d’adaptation aux changements pour assurer la pérennité des services et pour préserver l’accès à de l’assurance de dommages à un prix raisonnable.

L’assurance de dommages est un domaine complexe que les trois quarts des Québécois avouent avoir de la difficulté à comprendre[4]. Les mythes et les légendes n’ont pas leur place dans la planification financière de votre municipalité. Les courtiers du réseau MMQ, présents sur tout le territoire de la province, sont à même de répondre à toutes les questions relatives à votre couverture, ils peuvent vous aider à démêler le vrai du faux et vous conseiller sur les protections adaptées à vos besoins.

Pour de plus amples renseignements, nous vous invitons à contacter votre courtier assigné et à visiter le site Web de la MMQ à mutuellemmq.com.

 

[1] RightSure Insurance Group, Twelve Insurance Myths You Can’t Afford to Believe
[2] Portail de l’assurance, Catastrophes naturelles : les sinistres secondaires sont les plus dommageables
[3] Insurance Bureau of Canada, Insurance Myths
[4] Protégez-vous, Les mythes en assurance de dommages

Partagez :

Écrit par

Organisation

Mayssa Rifaï

Directrice | Souscription

< Retour au blogue
D’autres articles qui pourraient vous intéresser :
L’avènement des technologies chamboule notre société, incluant les contrats d’assurance!
L’utilisation de la technologie nous facilite la vie au quotidien, mais même les plus grandes précautions s’avèrent parfois insuffisantes pour contrer la fraude. C'est pourquoi il est important de se protéger adéquatement.
Évitez les mauvaises surprises dans un contexte de hausse du coût des matériaux
La hausse actuelle des coûts des matériaux fait grimper les coûts de reconstruction des bâtiments municipaux et requiert une vigilance accrue quant aux couvertures d’assurance souscrites.
Vos chantiers municipaux sont-ils bien protégés?
Les municipalités sont au cœur du développement de leur territoire. Ainsi, elles peuvent entreprendre des chantiers de divers types et de diverses envergures au cours d’une même année.