En cas de sinistre : 1 866 662-0661

Le vélo : transport actif quatre saisons

Le vélo : transport actif quatre saisons

Emprunter la bonne voie pour une cohabitation vélo-véhicule sécuritaire

Le vélo comme véhicule de transport actif continue de gagner en popularité au Québec. Dans son plus récent document L’État du vélo au Québec en 2015, Vélo Québec estimait que 1,9 million de Québécois avaient utilisé le vélo comme moyen de transport. Les voies cyclables étant des actifs au même titre que les autres infrastructures d’une municipalité, comment rendre les rues et les routes plus sécuritaires dans le contexte d’une hausse marquée du nombre de cyclistes?

Le cadre légal de la pratique du vélo

Depuis 2016, le gouvernement a mis en place deux mesures additionnelles pour protéger les cyclistes, modifiant ainsi le Code de sécurité routière :

  • Augmentation des amendes reliées à l’emportiérage, qui survient lorsqu’un automobiliste ouvre intempestivement la portière de son véhicule dans la trajectoire d’un cycliste;
  • Imposition d’une distance minimale à maintenir entre un vélo et un véhicule moteur circulant sur une même voie :
    o 1 m lorsque la vitesse est limitée à 50 km/h;
    o 1,5 m lorsque la vitesse est au-delà de 50 km/h.

Rappelons que ce Code prévoyait déjà explicitement l’utilisation de bicyclettes sur les routes. D’ailleurs, les municipalités et les MRC ont aussi des compétences légales en matière d’aménagement des voies cyclables :

  • La Loi sur l’aménagement et l’urbanisme permet aux municipalités d’organiser les transports et de déterminer l’usage de son territoire;
  • La Loi sur les compétences municipales donne aux municipalités le pouvoir de règlementation en matière de sécurité et de transport.

Toutefois, en contrepartie de ces compétences, selon le Code civil du Québec, une municipalité peut être tenue responsable des dommages subis par un cycliste sur ses voies cyclables si des défauts dans l’aménagement ou l’entretien de celles-ci sont source d’accidents.

Ressources pour l’aménagement et l’entretien

Parce que les cyclistes sont extrêmement vulnérables lors d’un accident, les administrations municipales doivent bien planifier chaque détail d’un nouveau projet de voie cyclable : l’improvisation n’a pas sa place lors de l’aménagement des infrastructures où se côtoieront des véhicules moteurs et des vélos. Pour approfondir le sujet, les municipalités peuvent se procurer l’ouvrage Aménagement en faveur des piétons et des cyclistes produit par Vélo Québec.

D’autres parts, le Centre d’expertise et de recherche en infrastructures urbaines (CERIU) offre une nouvelle formation en la matière La conception, l’auscultation et la gestion de l’entretien des voies cyclables à Montréal et Québec, pour laquelle les membres de la MMQ peuvent profiter de rabais substantiels lors de leur inscription.

Par ailleurs, doter les employés municipaux affectés aux travaux publics d’une procédure bien structurée d’inspection et d’entretien régulier préviendra également bien des accidents. Cette procédure doit évidemment prendre en compte les nombreux critères techniques existants, puisqu’ils serviront de référence si un accident survient. À ce sujet, le CERIU a publié en janvier 2019 le Guide de gestion de l’entretien des voies cyclables qui est disponible au coût de 50 $ sur leur site Web.

Encadrement de la pratique

La sensibilisation au partage de la route est certainement l’un des enjeux les plus importants en matière de sécurité à vélo. Les principaux défis à relever sont :

  • d’inculquer le respect du Code de la sécurité routière à tous les types d’usagers;
  • d’accroître la visibilité des cyclistes par les autres usagers;
  • de recommander le port du casque protecteur.

Attention toutefois aux cas où une municipalité organise une activité à vélo, par exemple dans le cadre d’un événement populaire ou de son programme de camp de jour. Les mesures à prendre sont alors plus nombreuses étant donné que la responsabilité principale de la sécurité des participants revient à l’organisateur.

Les municipalités constituent la première ligne préventive pour rendre plus sécuritaire la pratique du vélo. C’est pourquoi elles devraient se doter d’une solide expertise en matière d’aménagement et d’entretien d’infrastructures cyclables, en plus de favoriser une conduite responsable par tous les usagers de la route.

Pour en apprendre davantage, contactez notre Service de la gestion des risques.

Partagez :

Écrit par

Peggy Powers

Conseillère en gestion des risques | Sports et loisirs

< Retour au blogue
D’autres articles qui pourraient vous intéresser :
6 actions pour faciliter le partage du fatbike avec les autres sports dans les sentiers municipaux
La pratique en sentier du fatbike explose un peu partout au Québec depuis quelques années. En tant que municipalité responsable des sentiers, voici quelques conseils à mettre en œuvre pour harmoniser le partage de ce sport dans vos sentiers.
Quand qualité et sécurité vont de pair!
Depuis l’apparition de l’Œuvre des terrains de jeu (OTJ) en 1954, les camps de jour ont beaucoup évolué.
Attention lors d’achats de modules de jeu, ils ne sont peut-être pas aux normes!
Saviez-vous qu’en matière d’équipements extérieurs de jeu pour enfants, au Québec, les fournisseurs ne sont pas tenus de vous vendre et de vous installer des équipements qui respectent la norme du CSA/CAN-Z614-14-Aires et équipements de jeu?