En cas de sinistre : 1 866 662-0661

L’amélioration du risque municipal

L’accès à de l’assurance générale complète et adaptée aux activités municipales n’a pas toujours été aisé pour les municipalités québécoises. Encore moins lorsqu’il était question de s’assurer à des conditions avantageuses et à des coûts raisonnables. Certaines municipalités se retrouvaient même dans l’incapacité de couvrir adéquatement leurs risques en raison des prix élevés demandés par les assureurs privés ou de leur manque d’intérêt. Il aura fallu quelques années de grandes fluctuations de prix et de difficulté d’accès pour donner aux municipalités l’impulsion nécessaire à la prise en charge de leurs risques.

Au début des années 2000, le marché de l’assurance au Québec faisait face à un quasi-monopole exercé par quelques grands groupes financiers européens. L’accès aux produits d’assurance spécialisée comme l’assurance de dommages municipale devenait plus difficile. En effet, l’incertitude de la rentabilité de ce marché décourageait les assureurs privés à offrir aux municipalités des produits d’assurance et, lorsqu’ils acceptaient de le faire, ils pouvaient leur imposer des augmentations de prime de 35 % à 300 %.

Grâce à l’initiative et à l’engagement des élus qui ont été à l’origine du grand mouvement de solidarité qui a mené à la création de la seule mutuelle d’assurance de dommages entièrement dédiée au monde municipal, les municipalités peuvent aujourd’hui assurer leurs risques, et ce, à des coûts très avantageux. La clé du succès du modèle d’affaires implanté en 2003 repose notamment sur un accompagnement en gestion des risques. En intervenant concrètement sur leurs risques, les municipalités ont réduit le nombre et la gravité de leurs sinistres à tel point qu’elles sont à nouveau devenues intéressantes pour les assureurs privés.

Un intérêt éphémère des assureurs traditionnels

Les assureurs traditionnels œuvrent avec l’objectif de dégager des profits pour leurs actionnaires. Ainsi, lorsque la rentabilité d’un risque est jugée incertaine ou faible, ils augmentent les coûts pour dégager plus de revenus ou se retirent de ce marché. Dans un contexte de saine concurrence, ceux-ci ne peuvent pas augmenter impunément leurs prix, puisqu’ils perdront leurs parts de marché. Toutefois, en situation de quasi-monopole, comme celui qui régnait au début des années 2000, la latitude des assureurs privés sur le prix s’accroit. Sachant très bien que les options disponibles se font rares, ils peuvent augmenter les primes sans grand risque de perdre leurs assurés.

La prise en charge du monde municipal par le biais de la création de la MMQ a permis une nette amélioration du risque municipal. L’un des importants indicateurs de performance en assurance est le ratio combiné. Celui-ci mesure le coût des sinistres et des frais par rapport au montant des primes nettes acquises. Depuis cinq ans, grâce aux efforts de prévention, le ratio combiné du monde municipal a été évalué parmi les dix meilleurs au Canada selon le rapport SCOR 2017. Pas étonnant que les assureurs privés aient à nouveau développé un appétit pour le risque municipal.

Cette soudaine attractivité fait en sorte que ces mêmes assureurs, qui faisaient subir d’importantes hausses de primes aux municipalités, semblent maintenant prêts à offrir des  garanties à des coûts très bas pour reconquérir ce marché. Bien que ces bas prix puissent attirer l’attention, les municipalités doivent faire une analyse détaillée des garanties offertes. En matière d’assurance, le prix est fonction du risque et des bas prix indiquent généralement que les municipalités assument elles-mêmes une plus grande part du risque.

L’assurance, un marché cyclique

Le domaine de l’assurance des entreprises est un marché particulièrement cyclique. Historiquement, l’industrie a connu plusieurs importantes fluctuations de primes. D’abord, des réductions qui s’échelonnent sur quelques années, puis des hausses majeures qui s’effectuent sur une plus courte période. Ces importantes variations se reproduisent selon un cycle plus ou moins régulier. C’est justement pour contrer ce rythme incessant que les municipalités ont décidé de créer leur mutuelle d’assurance.

Les risques municipaux : complexes, variés et évolutifs

Les municipalités évoluent dans un environnement en constante évolution. Alors que leurs responsabilités sont de plus en plus grandes, que les changements climatiques augmentent le nombre de catastrophes naturelles et que les innovations technologiques introduisent de nouveaux risques, les municipalités doivent être bien outillées et accompagnées pour identifier, évaluer et réduire leurs risques actuels et futurs. C’est dans ce contexte que la présence de la MMQ dans le paysage municipal conserve tout son sens.

En créant leur Mutuelle, les municipalités se sont donné les moyens d’agir sur leurs risques afin de se garantir un accès à long terme à de l’assurance au meilleur coût possible. Contrairement aux assureurs privés, la MMQ n’évolue pas avec l’objectif de dégager des profits pour des actionnaires internationaux, mais bien dans une philosophie de création de valeur pour ses membres. La rentabilité actuelle du portefeuille d’assurance municipale lui permet de développer des produits d’assurance adaptés et innovants ainsi que des services complets répondant à leurs besoins singuliers.

Au service des municipalités depuis 15 ans, la MMQ a développé une expertise municipale pointue en assurance de dommages, en règlements des sinistres et en gestion des risques. Elle continue d’étendre son savoir-faire grâce, notamment, à ses relations avec des partenaires du domaine de l’assurance et du monde municipal. À l’affût de l’évolution des conditions du marché, des préoccupations municipales et des risques émergents, la MMQ peut mieux que quiconque accompagner le monde municipal dans sa préparation pour faire face à ces nouveaux risques.

Pour plus de renseignements sur les avantages d’être assurés avec la MMQ, contactez-nous.

Partagez :

Écrit par

Bernard Deschamps

Président-directeur général

< Retour au blogue
D’autres articles qui pourraient vous intéresser :
Peut-on interdire la production et la vente de cannabis dans sa municipalité?
Le nouveau cadre législatif entourant, entre autres, la culture, la vente et la consommation du cannabis est en vigueur depuis le 17 octobre dernier.
Un sinistre ou une poursuite? Avisez rapidement votre assureur!
Savez-vous à quel moment il est opportun d’aviser votre assureur de la survenance d’un sinistre? La réponse est simple : le plus rapidement possible!
Vos chantiers municipaux sont-ils bien protégés?
Les municipalités sont au cœur du développement de leur territoire. Ainsi, elles peuvent entreprendre des chantiers de divers types et de diverses envergures au cours d’une même année.