En cas de sinistre : 1 866 662-0661

5 conseils pour faire face à la pénurie de surveillants-sauveteurs au Québec

5 conseils pour faire face à la pénurie de surveillants-sauveteurs au Québec

Avec la pénurie de main-d’œuvre qui sévit actuellement au Québec, les municipalités peuvent avoir plus de difficulté à recruter des personnes qualifiées pour surveiller leurs lieux de baignade. Si c’est votre cas, voici quelques conseils pour vous aider à faire face au manque de surveillants-sauveteurs.

1- Réduire les heures d’ouverture de vos lieux de baignade

Les municipalités sont tenues de respecter le Règlement sur la sécurité dans les bains publics, chapitre B-1.1, r.11. qui prévoit notamment le nombre minimal de surveillants-sauveteurs et d’aides-surveillants-sauveteurs requis pour les piscines, pataugeoires et plages. Pour la sécurité des usagers et afin d’éviter de contrevenir à ce règlement, il est préférable de réduire les heures d’ouverture de vos lieux de baignade plutôt que de les opérer avec un personnel réduit. Vous maximiserez ainsi la sécurité du public dans vos installations, tout en diminuant votre responsabilité en cas de poursuite ou de noyade.

2- Partager du personnel

Les heures d’ouverture de votre piscine municipale ne sont pas les mêmes que celles de la municipalité voisine? Pourquoi ne pas partager vos ressources? Par exemple, si votre piscine municipale est ouverte en soirée, contrairement à celle de la municipalité voisine, des sauveteurs de cette dernière pourraient venir vous prêter main-forte durant cette période. Cette stratégie peut aussi fonctionner si vous êtes en surplus de personnel à certains moments de la semaine. Au lieu de renvoyer des employés à la maison, demandez-leur par exemple de se rendre dans une autre municipalité de la région. Une entente écrite entre municipalités serait alors requise afin d’encadrer les droits, obligations et responsabilités de chacune des municipalités. Autrement, les sauveteurs peuvent être à l’emploi de plus d’une municipalités à la fois si les horaires sont fixes et conciliables.

3- Planifier l’embauche de personnel qualifié longtemps d’avance

N’attendez pas le mois de juin pour recruter du personnel qualifié. Avant même la fin de l’été, mettez en place une campagne de recrutement de surveillants-sauveteurs pour la prochaine saison estivale. Le processus de qualification pour devenir sauveteur peut être long et s’échelonner sur plusieurs semaines. En laissant suffisamment de temps aux candidats potentiels d’aller chercher les compétences et qualifications requises, vous aurez de meilleures chances de pourvoir tous vos postes l’année suivante.

4- Profiter des mesures d’assouplissement

À titre de municipalité, vous êtes admissible aux mesures mises en place par la Régie du bâtiment du Québec (RBQ) pour diminuer les conséquences de la pénurie de personnel dans le domaine de la surveillance et du sauvetage. Dorénavant, il est possible d’embaucher un surveillant-sauveteur âgé de 16 ans, et non plus de 17 ans, comme le prévoit la réglementation. De plus, vous pouvez engager un surveillant-sauveteur qui a été incapable de renouveler son certificat de qualification échu avant le début de l’été. En effet, la RBQ a accepté d’étendre la durée de la validité de ces certificats jusqu’au 1er septembre 2022. Enfin, vous pourriez demander une dérogation à la RBQ afin que vos surveillants-sauveteurs affectés à vos piscines puissent surveiller vos plages.

5- Encourager les formations gratuites

Depuis peu, la formation au continuum de sauvetage est offerte gratuitement à toute la population. Pourquoi ne pas encourager vos citoyens à la suivre? Faites de la promotion au moyen de vos différents canaux de communication et autorisez la tenue de ces formations dans les installations de votre territoire.

Quelques rappels pour diminuer les risques de noyade

Que vous soyez ou non touché par la pénurie de personnel qualifié, voici quelques rappels qui vous aideront à réduire les risques de noyade et les poursuites sur votre territoire :

  • Le public ne doit pas pouvoir accéder à une piscine municipale en dehors des heures de surveillance.
  • Les contenants de verre ne sont pas permis dans l’enceinte des piscines et sur les plages.
  • Une signalisation affichant les heures de surveillance doit être installée sur les plages.
  • Les baigneurs doivent être évacués des lieux de baignade en cas d’un manque de limpidité de l’eau et de présence de matière dangereuse dans l’eau, sur la promenade d’une piscine ou sur la rive d’une plage.
  • Les plages doivent être pourvues d’une chaloupe de sauvetage ou d’un aquaplane, selon le cas.

De plus, vous pouvez consulter les fiches de contrôles conçues par la RBQ pour vous aider à respecter la réglementation en vigueur dans vos piscines et plages. Veillez à les conserver dans vos dossiers, car vous pourriez avoir à les présenter lors d’une inspection.

La Brigade Splash

En terminant, mentionnons que la Brigade Splash sillonnera les régions du Québec cet été pour sensibiliser les baigneurs, les sauveteurs et les propriétaires d’installations à la sécurité. Lors de leur rencontre avec les gestionnaires de lieux de baignade, ils les aideront entre autres à mieux comprendre leurs obligations. Si vous voulez la visite de la Brigade Splash dans vos lieux de baignade cette année, visitez leur site Internet.

Pour plus de renseignements concernant la prévention des risques entourant les lieux de baignade, vous êtes invités à contacter notre équipe de la prévention des sinistres à info@mutuellemmq.com.

Partagez :

Écrit par

Peggy Powers

Peggy Powers

Conseillère en gestion des risques | Sports et loisirs

< Retour au blogue
D’autres articles qui pourraient vous intéresser :
La gestion de risques : un engagement aux avantages durables
Le développement durable a une portée beaucoup plus vaste que la simple protection de l’environnement. Il doit faire parti des éléments dont tiennent compte les administrations municipales dans leurs prises de décisions. 
Quels sont les risques assurables prioritaires pour votre municipalité?
Pour réduire l’occurrence et les coûts liés aux sinistres ainsi que pour protéger vos communautés, il importe d’abord de bien connaitre les risques présents dans votre municipalité.
Étude de cas : Marcel et les disjoncteurs
Si Marcel et l'administration de la municipalité de Sainte-Chapelle-Ardente avaient mis en place une culture de gestion des risques, ils auraient pu sauver un important bâtiment municipal et son contenu de grande valeur, assurer la pérennité des services et s'éviter bien des maux de tête.